31 janvier 2016

Lovely Things #24

Bonsoir mes petites libellules du dimanche, 

J'espère que vous avez passé un heureux et doux weekend. Je vous retrouve ce soir pour un rendez-vous que vous appréciez me semble-t-il : les Lovely Things ! Et les premières de 2016 sont (encore une fois) placées sous le signe de la gourmandise... D'ailleurs, je commence par ça ce soir. 



Une bonne galette des rois faite maison, avec une fève et tout et tout. Troisième année que je réalise ma propre galette et à chaque fois je suis super satisfaite du résultat. 


J'ai testé une nouvelle recette du blog DamnDelicious, le "Chicken Bacon Ranch Casserole" et très honnêtement, c'est vraiment délicieux ! Calorique, mais délicieux. Si vous lisez l'anglais, voici la recette : cliquez !


Autre recette irrésistible testée récemment : le "Honey Sriracha chicken bowl". Des nouilles, des poivrons, des carottes, du chou, du poulet et une sauce à la fois piquante et sucrée. Bref, vraiment délicieux. Pour la recette, toujours en anglais, c'est par ici


Régulièrement, je fais des galettes bretonnes, avec une recette ultra simple et super bonne. Du rapide, du facile et du très bon... que demander de plus ? 


Ce que j'aime faire aussi, c'est la pizza maison. Ma petite pâte maison, étalée avec amour, une bonne sauce tomate, des légumes, de la viande et du fromage. Et le tour est joué. Juré en 40 minutes c'est tout fini !


Et ce midi, j'ai encore découvert une nouvelle recette, les quesadillas. Alors là aussi on est dans du très simple : une galette de maïs, sur laquelle j'ai mis des tomates séchées, des olives noires, des oignons rouges, de la mozzarella et de la feta. On fait chauffer dans la poêle, puis on pause une seconde galette, on retourne, on laisse encore chauffer quelques minutes et voilààà. Simple, non ? Et en plus, on peut y mettre ce qu'on veut dedans !

Après ces quelques petites gourmandises, il y a eu Noël après Noël... Avec notamment l'adorable Samarian qui m'a adorablement envoyé "All I want for Christmas" d'Emily Blaine juste comme ça. Alors encore merci mille fois ! Et d'ailleurs en parlant de colis, j'avais également fait un échange de colis avec ma chère Les femmes qui lisent sont dangereuses et j'ai donc reçu de jolies choses après Noël !


Et puis j'ai fait un mini-tour par un Cash Converters et je suis repartie avec les 2 premières saisons de Veronica Mars et les 5 premiers tomes de la série Aurora Teagarden de Charlaine Harris, auteure entre autre de la série La communauté du Sud, adaptée plus tard en True Blood. 


Et puis il y a eu un joli weekend en Angleterre, à Londres plus précisément, qui fait du bien. Et j'ai déjà très envie d'y retourner tellement j'ai l'impression d'avoir survolé la ville !


Et en parlant de voyages, ça y est, le prochain est prévu et payé ! Nous nous envolons pour l'Italie début mars. Après des premières recherches qui n'avaient pas forcément été fructueuses niveau hôtels et billets d'avion, nous avons réservé et je n'ai qu'une hâte : filer visiter Venise et Florence...


Et vous mes libellules, quels bonheurs ce mois-ci ?

24 janvier 2016

Pause musicale



Bonsoir mes libellules chantantes, 

Si la musique fait partie de mon quotidien, je me rend compte que j'en parle assez peu par ici. Pourtant, je fais des playlists en permanence, j'ai la bougeotte musicale et en même temps, je suis capable d'écouter en boucle une seule et même chanson quand elle me plaît, au grand désespoir de mon Lui... Et il y a aussi des choses que je déteste. Genre, tellement, que je coupe le son quand j'entends la musique. Comme ce fut le cas cet après-midi lorsque, enroulée dans mon plaid au fin fond de mon canapé, j'ai zappé sur D17 (oui ben quoi, on est dimanche hein !).


Il y a d'abord eu ce cher Maître Gims. Lui, vraiment, je peux pas. Sa "voix", ses "paroles", son "look", sa "musique". Ouais en fait, y a rien que j'aime chez lui. Et surtout pas ses propos homophobes à l'époque de Sexion d'Assaut. Je vous laisse juger : "Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique". La grande classe n'est-il pas ? Et puis... il nous fait une chanson "Sappé comme jamais" mais le gars est sappé comme un sac dans son clip "Tu vas me manquer" (j'ai eu droit à tout sur D17 !). 

C'est moi ou y a une table de pique-nique intégrée dans son pull ?!
Et puis après ça, mes oreilles ont saigné. Beaucoup. A cause de "Ridsa". Un "rap-lover". Je vous jure, ce sont les mots employés pas la présentatrice pour lancer son clip. Et quel clip ! La chanson, c'est "Là c'est die", je vous laisse aller sur Internet pour découvrir. Mais prenez un dictionnaire avant d'écouter, parce que vraiment on ne comprend pas tout... ou alors, lisez les paroles directement ici, ça vaut le coup. Et ce que la chanson évoque n'est pas loin de m'évoquer cette vilaine chanson qu'est "Cheerleader" d'Omi, dont vous pouvez trouver les paroles . De quoi titiller la féministe qui est en moi. Et je n'ai pas abordé le sujet des clips... sinon je vais m'énerver.
Bref, ces musiques-là ne sont pas du tout, du tout, mon genre, mais chacun est libre et pardon si j'ai blessé quelqu'un !

Allez, je vous propose quelques-une des chansons qui tournent dans mon lecteur MP3 en ce moment... 

D'abord on commence avec les mots d'Amin Maalouf pour les disparus de janvier et novembre 2015, chantés par la jolie Louane et mis en musique par Ibrahim Maalouf : "Un automne à Paris"


Ensuite, on peut aussi entendre "Hello" d'Adele, que j'aime vraiment beaucoup beaucoup beaucoup. Comme un peu tout le monde en fait...


Si on pousse un peu plus loin, on trouve aussi du Erik Satie, avec la "Gnossienne n°1" :


Et j'aime aussi beaucoup le titre "Catch&Release" de Matt Simons, en version remixée par Deepend. Et le clip me plaît plutôt pas mal aussi.


Lors de la diffusion de "Prodiges" en décembre dernier, j'avais complètement craqué pour la jeune Elisa (que j'aurais aimé voir gagner !) et je suis depuis fascinée par la harpe... Pas vous ?


Allez, une petite dernière pour la route (qui calme mon côté féministe !), habilement déposée sur mon Facebook par l'Ingrat avec ce commentaire très drôle :
"- Et des mecs en slip qui font du tap-cul c'est possible aussi ou pas pour le clip ?
- Oui oui, bonne idée !"



Et voilà pour mes favoris du moments... et vous mes jolies libellules, vous écoutez quoi en ce moment ? Y en a que vous connaissiez ici ? Vous aimez ? Et Maître Gims/Radsi/Omi, vous aimez ? Racontez-moi tout !

20 janvier 2016

Un weekend à Londres #2


Bonsoir mes libellules en sucre d'orge !

Ce soir, je vous propose la seconde et dernière partie de notre court séjour à Londres. Le dimanche matin, après un petit-déjeuner fort agréable, nous avons décidé de poursuivre la découverte de la capitale Britannique, avec les grands classiques. Direction donc le métro (très cher !) pour rejoindre le célèbre Tower Bridge, non loin de la Tour de Londres. Nous n'avions pas beaucoup de temps devant nous donc nous ne sommes entrés nulle part, mais j'ai profité de la promenade pour immortaliser ces deux monuments, ainsi que la tour "The Shard", impressionnante aussi, dans son genre. 

The Shard

Quartier d'affaires

 




De là, nous avons repris le métro pour rejoindre Buckingham Palace afin d'assister au changement de la Garde Royale. Bon, nous sommes arrivés un peu tardivement alors nous avons surtout pu admirer un grand nombre de gens collés aux grilles. Mais, j'ai quand même réussi à faire quelques photos qui se sont révélées pas si mal réussies au final. Petite déception toutefois : les Gardes étaient en gris... Je n'ai donc pas pu admirer leur célèbre uniforme rouge. 



Ensuite, nous avons traversé Green Park et rejoint Piccadilly Street. Après avoir mangé dans un petit restaurant italien, nous avons fait un détour par Piccadilly Circus, puis avons mis le cap sur Big Ben et Westminster Abbey. Et je n'ai pas été déçue d'avoir marché avec mes jolies ampoules... Encore une fois, je n'ai pas lésiné sur les photos... 


Horse Guards Parade



Malheureusement, c'est là que notre séjour a pris fin, avec un retour vers Saint-Pancras en métro (très cher) (déjà dit ? ah bon !), un petit goûter pour se réchauffer à la "Patisserie Valerie" (à prononcer à l'anglaise sinon ça n'a pas d'intérêt), puis retour vers Lille en Eurostar... Une chose est sûre, nous reviendrons visiter Londres avec grand plaisir !



Où est-ce qu'on mange ?
Ce midi-là, nous avons poussé la porte d'un restaurant au hasard, le "189 Piccadilly". Restaurant italien qui proposait un menu pour pas trop cher sur cette rue. Le repas était bon, cuisiné maison, et le service plutôt agréable, si vous passez dans le coin, vous pouvez vous arrêter sans problème. 

Voilà pour le séjour mes petites libellules ! Et vous, Londres, vous avez vu ? Vous aimez ?

15 janvier 2016

Un weekend à Londres #1


Bonsoir mes Libellules anglaises !

Vous le savez, le weekend dernier, mon Lui et moi sommes partis en weekend à Londres. Un voyage bref mais intense. Nous sommes donc partis le samedi matin en Eurostar depuis Lille, avec une arrivée à Londres à 9h57 (heure locale), et repartis le dimanche soir à 19h02 (c'est précis !). Bref, mais intense, c'est ce que je disais. Première fois à Londres, je vous l'avoue, il me fallait TOUT voir. Bon, je n'ai pas tout vu, mais j'en ai vu beaucoup et j'ai été ravie du voyage, si bien que j'y retournerai avec plaisir (et plus de budget). 

En arrivant sur le sol anglais à la Gare Saint-Pancras, nous n'étions pas loin de la célèbre gare King's Cross, avec sa non moins célèbre voie 9 ¾... Nous avons donc fait le court trajet pour aller voir le passage du chariot dans le mur pour rejoindre le Poudlard Express. Bon, je vous avoue, il y avait tellement de gens qui prenaient des photos avec l'écharpe et les lunettes d'Harry, que je n'ai pas voulu prendre de photo... Mais nous en avons profité pour visiter la boutique, un vrai bonheur pour les fans... qui ont de l'argent. Parce que ce n'est vraiment pas donné ! 




Après ce petit passage obligé, nous avons décidé d'aller faire un tour à la British Library, dont l'intérieur est impressionnant, mais que nous n'avons pas vraiment pu visiter puisque la majorité des salles ne sont accessibles qu'avec la carte de bibliothèque. Cela dit, nous avons tout de même pu profiter d'une chouette exposition sur Alice au Pays des Merveilles. 



Autre passage obligé à Londres, pour moi, c'était bien entendu le 221B Baker Street et la maison de notre Sherlock préféré. Il y a un petit musée pour plonger dans l'univers Sherlock, mais vu les avis sur Internet, nous avons fait l'impasse et préféré faire un rapide tour dans la boutique (très chère elle aussi !). Je n'ai rien acheté... et croyez-moi ce fut dur de résister !

Après la matinée chargée, nous nous sommes ensuite promenés sur Oxford Street et dans Soho, où nous avons d'ailleurs mangé (je vous en reparle plus tard !). Soho est un quartier super agréable pour se balader, j'ai vraiment adoré l'ambiance, particulièrement Berwick Street, avec des boutiques d'art, de tissus, de vinyles et de comics : parfait. 
Enfin, en rentrant à l'hôtel, nous avons fait un court détour par le British Museum où nous ne sommes pas rentrés faute de temps, mais un jour on en verra autre chose que l'entrée !



Pour une première journée, nous avons tout fait à pied, histoire de mieux nous imprégner de la ville, c'était un vrai délice de découvrir les rues, de rentrer dans des librairies au gré de nos envies, de changer de rue au hasard, de se laisser porter tout simplement. 


Où est-ce qu'on dort ? 
Nous avons dormi au Thistle City Barbican Hotel, un hôtel plutôt bien situé et agréable, malgré une nuit mouvementée à cause du bruit de nos voisins qui ont parlé fort et tard, et se sont levés tôt en criant sous la douche. Un vrai bonheur ! L'hôtel en lui-même n'est pas désagréable, mais très franchement, il ne vaut mieux pas être sensible au bruit... Pour une nuit c'est bien, mais pas deux. Pour les prix, il semblerait que les chambres peuvent aller de 120€ à 300€, ce que nous n'avons pas payé puisque nous avons bénéficié d'un tarif de groupe... 


Où est-ce qu'on mange ?
Alors, à midi, dans Soho, nous avions trouvé "The Stockpot" sur le Cartoville, malheureusement, il était fermé lorsque nous sommes arrivés devant... Pas de chance ! Alors nous avons choisi au hasard et nous avons poussé la porte du "Bistro 1", qui ne payait pas de mine de l'extérieur mais était super sympa à l'intérieur. Au niveau tarifs c'était très correct et en plus, c'était très bon (le home-made burger était délicieux !). Je recommande sans souci, même si j'ai découvert après coup que c'était une petite chaîne, ou en tous cas qu'il en existait plusieurs (le nôtre était sur Frith Street).
Et le soir, notre groupe s'est retrouvé sur Victoria Street pour manger dans un pub : "The Albert". Et je dois dire, si vous pouvez l'éviter, évitez le ! Vraiment pas un bon choix... D'extérieur il donne envie : vieux bâtiment au milieu de ces grandes tours en verre. Et le charme continue quand vous rentrez, avec un super look de vieux pub anglais. Mais ça s'arrête là et c'est bien dommage car vraiment, le repas n'était pas bon du tout. Mais rien du tout. Sauf l'eau. Passez votre chemin... je suis sûre qu'il y a d'autres pubs beaucoup plus sympa !

Pour en lire plus sur mes avis restaurants/hôtel, allez faire un tour sur mon Yelp ! Et rendez-vous bientôt pour la suite de ce mini carnet de voyage !


11 janvier 2016

D.I.Y. : jolis bocaux

Hello mes petites libellules, 

Revenue de Londres hier soir (je vous raconte vite !), je n'ai pas eu le temps ni le courage de vous proposer ce billet avec un D.I.Y. super simple à faire. Avec ce début d'année, je suis piquée par le virus du rangement, j'ai donc rangé mes étagères de cuisine et j'en ai eu assez de voir des paquets de pâtes et de riz partout, alors hop, un petit tour chez Ikéa pour acheter quelques bocaux et me voilà partie pour un peu de création. 


Vous aurez besoin de :
- bocaux (autant que vous voulez)
- peinture ardoise (chez Cultura par exemple)
- pinceau(x)
- eau
- masking tape

Et c'est tout ! Rien de bien compliqué, voyez... Et la réalisation est encore plus simple ! C'est parti.


Commencez par délimiter avec du masking tape la zone que vous souhaitez peindre. Vous pouvez aussi décider de faire des formes différentes ou carrément de peindre sur tout le tour du bocal. Ou encore de peindre le couvercle du bocal, selon comment vous les rangez... 


Seconde étape : peindre. On prend son pinceau et on peint. Attention aux coulures par contre, je parle par expérience... Si la peinture coule là où vous ne voulez pas peindre, utilisez de l'alcool ménager, ça marche assez bien. Il faut plusieurs couches pour que l'ardoise soit bien foncée, 4h de séchage entre chaque couche et 72h avant de pouvoir écrire dessus à la craie, il faudra avoir de la patience...


Troisième étape (facultative d'ailleurs) : entourer chaque rectangle de peinture ardoise avec du joli masking tape et voilà ! 


Et voilà le résultat mes petites libellules, super facile, non ? 

5 janvier 2016

Parlons livres #9

Bonsoir mes petites libellules en sucre glace !

Il y a bien longtemps que je n'ai pas partagé ici de billet "Parlons livres", alors me voici me voilà, pour commencer l'année avec de jolies lectures. 

"Malefico", Donato Carrisi.
Bon, il faut le savoir, je suis une fan de Donato Carrisi. Depuis ses débuts je ne rate aucun roman et il n'y en a aucun qui ne m'a pas convaincue. Ce nouveau roman est une "suite" au "Tribunal des Âmes", sorti en 2012. Entendez par là qu'on y retrouve les personnages, mais ce n'est pas une suite au sens premier du terme.
Dans ce roman, on retrouve Marcus, le pénitencier, un prêtre capable de déceler le mal enfoui en nous. Et on retrouve également Sandra, enquêtrice photo pour la police. Une psychose s'empare de Rome lorsque de jeunes couples d'amoureux sont assassinés : une balle dans la nuque pour lui, une longue séance de torture pour elle. Qui est l'être maléfique qui ne tue que des jeunes amoureux ?
Bien évidemment, il y a plus à l'histoire que ce que le résumé en dit... Car c'est dans cela que réside toute la force de l'écriture de Carrisi : à chaque page, chaque chapitre, on soulève un peu plus le voile sur de nouvelles facettes du Mal. Et jusqu'au bout, il réussit à captiver, tant et si bien qu'il devient très difficile de lâcher le roman. 
Les personnages sont bien construits, Marcus tout particulièrement. Mais Sandra aussi, c'est un personnage féminin qui ne se laisse pas abattre et qui reste loin des clichés habituels... Avec le temps j'ai aussi appris à découvrir Clemente, que je trouvais plutôt insignifiant mais qui finalement m'a beaucoup touchée. Quant aux "méchants", il faut tout de même avouer que Carrisi a un grand talent pour les construire. Mais je crois que ce qui me fascine le plus dans ses romans, c'est la part de vérité qui se cache derrière la narration... Car oui, les pénitenciers existent. Oui, le Tribunal des Âmes existe (pas sous ce nom cela dit). Bref, ce roman est bien écrit, les personnages extraordinairement bien construits et on est dans le thriller bien glaçant et très prenant... n'hésitez plus !


"Quatre soeurs", Malika Ferdjoukh.
Je les avais évoquées pendant le challenge de Noël, puisque j'ai terminé ma lecture de l'intégrale des quatre tomes début décembre... je veux bien sûr parler des soeurs Verdelaine. Elles sont cinq : Enid, 9 ans, qui protège les pensionnaires du grand sycomore du jardin et discute régulièrement avec le Gnome de la Chasse d'eau. Hortense, 11 ans, qui passe la majorité de son temps à lire et à écrire son journal. Bettina, 14 ans, un peu crâneuse, qui adore son feuilleton Cooper Lane et embête le monde avec ses deux inséparables copine Denise et Béhotéguy. Geneviève, 16 ans, qui prends des cours de boxe thaïe en cachette. Et enfin il y a Charlie, 23 ans, qui s'occupe de ses soeurs et de toute la maison depuis la mort de leurs parent. Toutes ces filles habitent la Vill'Hervé, grande maison au bord de la falaise.
Dès les premières lignes du roman, on a l'impression de faire partie de la famille et d'avoir sa petite chambre à soi dans cette maison pleine d'amour. Malika Ferdjoukh a un talent fou pour vous donner la sensation de vivre là. Alors lire les quatre tomes de l'intégrale à la suite, promis, ce n'est jamais lassant. C'est du bonheur à l'état pur. On rit, on renifle, on s'endort, on s'amuse, on verse une larme, on re-rit. Bref. Nos cinq soeurs sont absolument adorables, même Bettina qui peut avoir un côté agaçant. Enid est toute mignonne de candeur, c'est la petite soeur parfaite. Hortense m'a beaucoup touchée parce que je me suis reconnue en elle, toujours le nez dans les livres... Bettina, bon, j'avoue, Bettina m'a souvent agacée, mais elle a de jolies facettes et on s'attache à sa folie. Geneviève m'a plu aussi, avec son calme et son côté très maternel, dans lequel je me suis aussi pas mal retrouvée (tiens, et si je me mettais à la boxe thaïe ?). Et Charlie. Charlie c'est la courageuse de l'histoire, qui prend tout le monde à bras le corps et qui s'oublie aussi un peu, parfois. 
Peu de personnages masculins, mais qui sont tous sympathique, sauf Tancrède, que je n'ai pas aimé du tout. Mon chouchou c'est Basile. Basile et son couscous, Basile et son amour inconditionnel de toutes les filles de la maison, et de la Vill'Hervé. 
Quand je suis arrivée aux dernières pages, j'ai eu envie de pleurer. Parce qu'il me fallait quitter ce monde enchanté, ce cocon un peu bancal mais tellement doux, où on a l'impression que rien ne peut nous arriver. Ce roman, ou plutôt ces romans (ils sont quatre à l'origine), ce fut un vrai coup de coeur, emprunté à la bibliothèque je pense me l'offrir dès que possible, pour pouvoir le relire et me réfugier à la Vill'Hervé, dans le lit clos de Geneviève, lorsque le moral chute. Un seul conseil : jetez-vous dessus si vous ne l'avez pas déjà lu. (et les BD adaptées par Cathy Baur sont très réussies aussi, elles prolongent l'enchantement...). 


Voila mes jolies libellules ! Et vous, vous êtes dans quoi en ce moment ?